Merveilles hypnotiques

DUSAPIN, Pascal [1955]

  • Sur YouTube : Aufgang, concerto pour violon et orchestre [2011, 56 ans], avec Renaud Capuçon au violon et l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Myung-Whun Chung. Enregistré le 26 janvier 2015 à la Philharmonie de Paris [34 min 12 s]
  • En CD : Renaud Capuçon, violoniste, interprète Gedicht des Malers de Wolfgang Rihm (1),  Aufgang, concerto pour violon et orchestre, de Pascal Dusapin (2) et Jeux d’eau pour violon et orchestre de Bruno Mantovani (3). Premières mondiales. Wiener Symphoniker (1), Orchestre de l’opéra national de Paris (3) : Philippe Jordan, chef; Orchestre Philharmonique de Radio-France (2) : Myung-Whun Chung, chef. 2016. (Erato, 2016, 0825646026876)

Après Vivaldi, Bach, Mozart, Beethoven, Paganini, Mendelssohn, Brahms, Tchaïkovski, Sibelius, Bruch, Bartók, Prokofiev, Britten et Chostakovitch, est-il encore possible pour un compositeur d’apporter quelque chose de notable au répertoire des concertos pour violon? La réponse est oui, et elle nous est donnée par Pascal Dusapin (Français né en 1955).

Dans son concerto pour violon et orchestre, Aufgang (2011), Pascal Dusapin nous transporte dans le monde sombre et vibrant d’une méditation sur l’aspiration de l’être à s’élever au-dessus de sa condition.

Il explique : « en composant, il arrive que nous soyons si accablés par notre propre obscurité que le combat avec la matière musicale se confond avec la quête de la moindre lueur, du moindre scintillement » (livret, p. 9). Cette « Aufgang » (« Élévation »), est en réalité une « Aufgang des Lichts », une « LEVÉE DE LUMIÈRE ».

Vous la comprendrez aisément ici en écoutant cette interprétation à la fois précise et ample — d’une transparence et d’une élégance typiquement françaises — admirablement mise en images : https://youtu.be/lY0WEYusCo4.

Prêtez particulièrement attention aux timbres et à l’orchestration. La harpe, les flûtes traversières, les violoncelles, les trompettes bouchés, le bois du xylophone, les barres sonores, les disques métalliques… toute la variété des instruments de la forêt symphonique observe l’oiseau-violon voler de branche en branche. Les êtres embusqués dans la pénombre participent à son essor; le concert de leurs voix résonne dans le sous-bois. Toute feuille cherche la lumière et se hisse vers les hauteurs; aucune n’aspirait à devenir une aile. L’exemple de l’oiseau-violon enseigne à chaque instrument de lumière une possibilité inimaginable jusque là. Son ascension dans les hauteurs devient celle de la forêt même, une œuvre collective, une complicité de toute la création.

2019-08-06

 

Je découvre que le chef qui dirigeait Su for sheng and orchestra de Unsuk Chin (autre coup de cœur) est le même Myung[-]Whun Chun [ou Chung Myung-whun, selon Wikipédia] qui dirige cette interprétation inspirée de l’Aufgang de Pascal Dusapin. Même atmosphère de déambulation solitaire dans un rêve obstiné.

Le violon n’est nul autre que l’auditeur lui-même, et l’orchestre, le décor sombre et mystérieux dans lequel il s’aventure prudemment.

Plongé dans le noir, le rêveur écarquille les yeux : il voit autour de lui des lumières phosphorescentes, fines, multicolores, qui oscillent lentement, se développent en douceur, tournent sur elles-mêmes, s’étirent à sa rencontre et se transforment en fleurs étranges. Ces clartés semblent l’observer avec curiosité tout en se tenant à l’écart. Quand il avance la main vers elles, il les voit s’écarter avec souplesse.

Il risque d’autres pas. C’est toujours la nuit, une nuit de sortilèges où il devine qu’il n’a rien à craindre de cette flore luxuriante.

Je pense aux merveilles végétales que les éclaireurs découvrent au début du film Annihilation d’Alex Garland. Chez Dusapin, le mystère ne recèle pas de menace mortelle. Nous restons sous le charme d’une contrée qui révèle une fascination montante. D’où le titre allemand, Aufgang, « lever ».

Il n’y a qu’une façon d’aller au bout de cette fascination : réentendre Aufgang encore et encore. Et si on parvient à s’en extraire, découvrir les autres œuvres de Pascal Dusapin. Hinterland, hapax, par exemple, une autre merveille hypnotique.

Dès le début, je retombe tête première dans ma fascination, et je m’abandonne. Me voici dans la tête de Pascal Dusapin. Je suis Pascal Dusapin. Je comprends que c’est ainsi que j’entends le monde. Exit les mots. Il n’y a que la musique pour dire cela exactement. J’écoute, j’écoute.

2019-03-29

 

© André-Guy Robert, 2019
Toute reproduction sans l’autorisation préalable de l’auteur est interdite.
Demande d’autorisation : andreguyrobert@hotmail.com

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s