« Le cri des méduses » ou le langage de l’indicible

Article écrit pour la section « La littérature est partout » de la revue d’arts littéraires Entrevous.   Spectacle vu au Théâtre des Muses de la Maison des arts de Laval le 29 octobre 2019. La conversion de tableaux en danse, en musique ou en texte pose d’emblée la question du temps. La peinture donne … Lire la suite de « Le cri des méduses » ou le langage de l’indicible

De filmer et d’écrire vrai

Ce texte a d’abord été diffusé sur andreguyrobert.com en mars 2019.

Une version courte révisée a été publiée le 9 septembre 2019 dans le numéro 155 (été) de la revue littéraire Les Écrits, organe officiel de l’Académie des lettres du Québec (p. 106-111). J’ai respecté les trois mois d’attente imposés par l’éditeur; je publie de nouveau mon texte avec son autorisation.

Vous trouverez sur andreguyrobert.com, en version HTML et PDF la version définitive de mon texte, de même qu’un fac-similé de la publication papier (diffusée par Dimédia). Bonne lecture.

André-Guy Robert

Texte pour philosophes et autres penseurs, sous forme d’archipel de réflexions.

Extrait d’une lettre de présentation

De filmer et d’écrire vrai est une réflexion fondamentale sur la distance entre le réel et sa représentation (filmique, photographique ou verbale). Plus précisément : sur la distance entre la perception du réel et la perception de sa représentation.

Je pars du principe que, dans la recherche de ce qui est réel pour l’être humain (ce que je qualifie de « vrai » par hypothèse), chacun doit passer par la conscience d’autrui. De même que les astronomes déterminent la distance des corps célestes à la Terre par triangulation, l’être humain évalue la véracité de sa position personnelle par rapport au réel en comparant ses perceptions à celles des autres. Les autres, en particulier les artistes, communiquent leur expérience du réel par des images ou des textes. Images et textes servent donc d’interfaces entre deux consciences (celle…

View original post 2 593 autres mots

« Le Jardin des délices » : trois triptyques

Article écrit par André-Guy Robert pour la section « La littérature est partout » de la revue d’arts littéraires Entrevous.   Invité au spectacle de danse Jérôme Bosch : Le Jardin des délices présenté le 28 février 2019 au Théâtre des Muses de la Maison des arts de Laval, André-Guy Robert a reçu le mandat d’y faire … Lire la suite de « Le Jardin des délices » : trois triptyques

Cette poignante dissonance

J’étais sûrement d’âge préscolaire. Je m’en souviens parce que j’avais encore tout mon temps. Le jour, ma mère vivait dans la cuisine, et moi, dans le reste de l’appartement. Quand je ne circulais pas dans le couloir à grands coups de jambe, un genou dans ma voiturette, je jouais avec mon jeu de cubes sur le … Lire la suite de Cette poignante dissonance

Le carnet des bons moments

Malgré la réception plutôt neutre dont elle a fait l’objet jusqu’ici, je continue de penser que l’anecdote que je m’apprête à raconter finira bien par aider quelqu’un quelque part. C’était une période stressante de ma vie, surtout au travail. Je me voyais enfermé dans les obligations routinières, des contraintes de productivité épuisantes, et j’avais par … Lire la suite de Le carnet des bons moments