À propos

Visite guidée de cette section [sur Facebook]

DSC03009

André-Guy Robert est né en 1984 en réalisant un tiercé éditorial inattendu : trois revues littéraires (Écrits du Canada Français, Mœbius et Solaris, pour ne pas les nommer) publièrent La gravité, un texte fondateur composé de quatre récits monologués. Ce coup d’envoi a été suivi d’une vingtaine de textes littéraires qu’on trouvera également ici. En 2003, André-Guy Robert a reçu le Prix de la bande à Mœbius pour sa nouvelle Un autre lundi.

En littérature, André-Guy a surtout publié des nouvelles. Il est passé progressivement du fantastique au réalisme, et a exploré des thèmes personnels et sociaux du point de vue de la vie intérieure. Il se porte à la défense de l’intégrité physique et psychologique de la personne, s’intéresse à l’intimité avec soi-même et avec les autres, et place le tout dans le contexte d’un univers qui allierait les contraires dans une poignante dissonance.

Les textes rendus publics ne sont que la pointe de l’iceberg. André-Guy Robert a accumulé de nombreux manuscrits. Citons les plus importants : 95 carnets de sténo (dont vous trouverez des extraits à la section Les carnets d’André-Guy), un roman à resserrer (L’éclat des passions, 1334 p.), un Journal de L’éclat des passions (300 p. manuscrites), un roman inachevé (S, 74 p.), un Journal de Sodome (811 p. manuscrites) et une abondante correspondance.

Ce qui manque aux mots, André-Guy le documente ou l’exprime par la photo et la vidéo. La photographie l’a amené à découvrir la beauté du monde et à témoigner de cette beauté; il publie sur Flickr depuis 2007. La vidéo lui permet de réunir l’image, le mouvement, le son et la musique en un tout poétique; il publie sur YouTube depuis 2008.

Le site andreguyrobert.com a pour objectif d’offrir en héritage la partie émergée de la production littéraire et artistique d’André-Guy Robert. Puisse son contenu nourrir votre propre démarche.

André-Guy Robert est le nom de plume et d’artiste de Guy Robert.

***

DSC01235

Guy Robert est né à Montréal en 1950. Il est maintenant à la retraite.

Anabase de Saint-John-Perse, qu’un professeur du secondaire lui fit découvrir à un âge où il ne pouvait rien en comprendre, a été pour lui un choc linguistique à partir duquel il a placé « la grande littérature » au-dessus de tout, ce qui explique sa formation universitaire en lettres et son affection marquée pour les textes bien écrits… et leurs auteurs.

Par la suite, il a gagné sa vie comme langagier durant quarante ans, touchant aux mille et un métiers linguistiques de la chose imprimée. Parcours d’un rédacteur accidentel résume son itinéraire professionnel avec humour et sincérité.

Grand mélomane et cinéphile, photographe et vidéaste, Guy Robert est un esprit curieux. Il a établi, par exemple, des tableaux portant sur les œuvres de Bach et de Chostakovitch, de même que sur des destinations de rêve (voir la section Curiosités).