Le grand prêt

Nous n’avons jamais que l’usage des choses que nous achetons, louons, empruntons, recevons; que l’usage des êtres que nous aimons, redoutons, croisons, avec lesquels nous avons affaire; que l’usage de l’expérience, du savoir, des idées, des sentiments, des émotions, des sensations; que l’usage de notre corps. Dans le grand jeu de la vie, tout nous est prêté, le temps d’une partie; les joueurs rendent leurs cartes en sortant.

Pourquoi alors sommes-nous si possessifs, si mesquins, si craintifs?

Si notre détachement était à la mesure de notre subordination, nous serions libérés du souci de nous-mêmes, et donc parfaitement libres de servir le transit universel.

 

2019-01-07

 

© André-Guy Robert, 2019
Toute reproduction sans l’autorisation préalable de l’auteur est interdite.
Demande d’autorisation : andreguyrobert@hotmail.com

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s