Citations et notes de lectures

« Il y a des choses qu’on ne peut pas dire soi-même. »

Alexis Jenni
(L’art français de la guerre,
Gallimard, 2011, p. 629)


Cette section s’enrichira avec le temps…


ABSENCE

« […] l’une des plus curieuses spécialités de l’homme est de donner un pouvoir de torture à l’absence. »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 62)


AFFAMÉ

« J’ai compris que tout affamé était, en son genre, un cannibale. Il consomme sa propre chair, il n’y a que les os qui restent. Il vit sur sa graisse jusqu’au dernier gramme. Ensuite, sa raison s’obscurcit : il a mangé sa cervelle. L’affamé s’est mangé tout entier. »

Vassili Grossman
(Tout passe…, Stock, 1972, p. 208)


ÂGE DE SIRI

Question : Siri, quel âge as-tu?

« Je suis aussi vieille que le vent d’Ouest et aussi jeune qu’une chenille qui vient de naître. »

Siri
(outil logiciel de recherche
par commande vocale d’Apple)


AMOUR

« Aimons la vérité mais préférons l’amour. »

L’amour est comme le charbon : « incandescent, il brûle, froid, il salit. »

Vassili Grossman
(Vie et destin, L’âge d’homme, 1980,
Le livre de poche no 30321, p. 106 et 395)

« L’amour est une présence, une vigilance, une offrande […]. »

Ève de Castro
(Nous serons comme des dieux,
Albin Michel, 1996, p. 118)

« l’amour est une chanson qui n’a pas peur du silence »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 85)

« L’amour tire sa joie de la vérité […]. »

Torgny Lindgren,
(Divorce, Actes Sud, 1998, p. 303)

« L’amour est la pierre philosophale qui opère des transmutations […]. »

Rûmî
(Odes mystiques, cité par Martine Lostia,
« Introduction », Rûmî, le miroir infini,
Éditions Alternatives, Paris, 2001, p. 13)


ARGENT

« Qui n’évolue pas dans le monde sans mensonges n’arrivera jamais à se faire de l’argent. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 149)


ART

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité. »

Friedrich Nietzsche

« Pour se transcender en art, le talent doit prendre conscience de lui-même, et de ses limites, et être aimanté d’un but, qui l’oriente dans une direction indiscutable. »

Alexis Jenni
(L’art français de la guerre,
Gallimard, 2011, p. 439)

« […] l’Art […] soulage de la vie sans pourtant soulager de vivre […]. »

Fernando Pessoa, alias Bernardo Soares
(Le livre de l’intranquillité,
« Je ne suis personne », p. 41)

« Aujourd’hui, il n’est plus possible de créer un art qui dise quelque chose que tout le monde ne connaisse pas déjà. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 81)

« Ce que nous ne savons pas faire, […] voilà ce qui constitue l’art. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 113)


ASSURANCE

« [Il] essayait de lui vendre une assurance vie. […]
— Mais ce n’est pas nécessaire, objectait-elle. Je n’ai pas vraiment de vie qui mérite d’être assurée. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 205)


ATOME

« […] un seul atome de carbone et deux d’hydrogène font la différence entre l’éthanol et le méthanol […]. Dans un verre de vin, l’éthanol est ce produit qui vous donne une douce ivresse. La même quantité de méthanol peut provoquer la cécité… »

Richard Martel
(professeur, département de chimie,
cité par Mathieu-Robert Sauvé dans Les diplômés,
Université de Montréal, no 421, automne 2011, p. 8)


ATTENTION

« Regarde attentivement, car ce que tu vas voir n’est plus ce que tu viens de voir. »

Léonard de Vinci

« […] si on a encore l’esprit assez ouvert pour s’interroger sur ce qu’on voit, on tend à considérer le monde avec une grande attention, et de cette attention vient la possibilité d’apercevoir quelque chose que personne n’a encore vu. Il faut être disposé à admettre qu’on ne possède pas toutes les réponses. Si on croit les posséder, on n’aura jamais rien d’important à dire. »

Paul Auster
(Préface, Je pensais que mon père était Dieu,
Actes Sud, 2001, p. 13, 14)


AUTHENTIQUE

« N’y a-t-il plus rien désormais qui soit véritable et authentique? demanda-t-il.
— Je ne sais pas, dit Linda. Je n’étais pas née à l’époque où tout était authentique. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 151)


AUTRUI

« [Nous ne sommes ni tout, ni rien] mais un lieu d’échanges […] ».

« […] les gens évoluent en se transformant au contact les uns des autres. »

Nancy Huston
(Professeurs de désespoir, Actes Sud, 2005, p. 64 et 199)


BEAUTÉ

« Le chant de Dieu, c’est la beauté du monde. »

Lucie Dubuc
(poète et ex-collègue)


BERNER

« Vous avez l’intention de me berner. Mais ça m’est égal.
— Oui. Mais je vais vous berner d’une manière si belle et si exquise que vous m’en serez reconnaissant pour le restant de vos jours. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 158)


BLISS

« Follow your bliss. »

Joseph Campbell


CHAIR

« La découverte de la chair, c’est ce que l’âme pardonne le moins. »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 210)


CIEL

« […] le ciel n’est d’aucun pays »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 56)


COMPARAISON

« Compare-toi avec mieux pour ce que tu peux changer et avec pire pour ce que tu ne peux pas changer. »

Isabelle Robert
(fille)


COMPRENDRE

« Comprendre n’était rien d’autre qu’ajouter un sens à ce qu’on voyait. »

Torgny Lindgren,
(Divorce, Actes Sud, 1998, p. 188)


CONNAISSANCE

« […] on ne connaît toujours bien moins que ce qu’on imagine. »

Torgny Lindgren
(Lumière, Actes Sud, 1990, p. 65)


CRÉATION

« Mais que foutait Dieu avant la création? »

Samuel Beckett


CRITIQUE

« […] assassiné en une phrase concise et grammaticalement correcte […] »

Louis Gauthier
(Souvenir de San Chiquita, VLB éditeur, p. 144)


CROISSANCE

« La croissance de l’homme ne s’effectue pas du bas vers le haut mais de l’intérieur vers l’extérieur. »

Franz Kafka


CULPABILITÉ

« […] si quelqu’un obéit aux lois pour tout sauf sur un point, il est considéré comme coupable de tout. »

Torgny Lindgren,
(Divorce, Actes Sud, 1998, p. 307)


CURIOSITÉ

« […] un être sans curiosité […] est aussi excitant qu’une boîte de carton mouillée. »

Bruno Blanchet
(« Un pied dans l’enfer », La Presse, Montréal,
3 octobre 2009, cahier « Vacances/voyages », p. 3)


DÉMAGOGIE

« On ne réfute pas la démagogie. »

Vassili Grossman
(Vie et destin, L’âge d’homme, 1980,
Le livre de poche no 30321, p. 768)


DÉSESPÉRANCE

« La désespérance est la nostalgie de l’espoir. »

Jean Barbe
(Les soupers de fête, Boréal, p. 139)


DÉSIR

« Malheur à qui voit son désir en face. »

A. Besançon
(cité par Georges Nivat, Préface;
Dostoïevski, Crime et châtiment, Gallimard,
Folio classique no 2661, 1973, p. XXXI)


DESTRUCTION

« On ne voit pas venir la destruction avec une arme brandie. Elle vient en faisant croire mauvais ce qui est bon et bon ce qui est mauvais. »

Jean-Claude Carrière
(Le Mahabharata, éd. Belfond,
coll. « Pocket »no 3938, 1989, p. 73)


DETTE

« Ça aussi c’est une dette qu’on a : s’aider soi-même […]. »

Torgny Lindgren
(Le chemin du serpent, Actes Sud, 1982, p. 124)

« J’ai emprunté de l’argent pour célébrer la fin de mes dettes. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 16)


DIEU

« […] Dieu était la fusion même du deuil et de la jubilation […]. »

Torgny Lindgren
(Bethsabée, Actes Sud, 1984, p. 247)


DISCUSSION

« Même quand on s’oppose à sa propre pensée, on reste entier. »

Torgny Lindgren
(Miel de bourdon, Actes Sud, 1995, p. 12)


DISSIMULATION

« La raison de l’existence de Disneyland est de nous faire croire que le reste de l’Amérique est réel. De même que les prisons n’existent que pour nous faire croire que le reste de la société n’est pas carcéral. »

Fabienne Jacob
(à l’émission La grande librairie,
TV5, octobre 2018)


DISTANCE

« La distance par rapport à nous-mêmes […] induit une distance à l’égard des autres. »

Torgny Lindgren,
(Divorce, Actes Sud, 1998, p. 177)


EAU

« Il y a dans une gorgée d’eau plus de molécules de H2O (-1023) qu’il y a eu de secondes depuis le big bang (-1018). »

Richard Martel
(professeur, département de chimie,
cité par Mathieu-Robert Sauvé dans Les diplômés,
Université de Montréal, no 421, automne 2011, p. 8)


ÉCRITURE

« Voilà ce qu’on arrive à écrire : pas les gens mais uniquement leurs configurations. »

Torgny Lindgren
(Miel de bourdon, Actes Sud, 1995, p. 42)

« Nous autres écrivains, nous nous occupons du négatif. »

Franz Kafka
(cité par Emmanuel Carrère dans
Il est avantageux de savoir où aller, P.O.L., p. 441)


ENFANCE

« […] l’enfance, ce petit purgatoire d’acclimatation […] »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 28)


ENFER

« Et si donc c’était Jésus qui était en enfer, si c’était lui qui payait éternellement pour nous tous? »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 142)

L’enfer : « un état de détresse éternelle ».

Paule Trudelle
(31 mars 2007)


ENNEMI

« Les hommes s’attachaient à leurs ennemis comme avec des verrous de fer. »

Jean-Claude Carrière
(Le Mahabharata, éd. Belfond,
coll. « Pocket » no 3938, 1989, p. 211)

« Sans ennemis personne ne peut régner. Les ennemis procurent du pouvoir. »

Torgny Lindgren
(Bethsabée, Actes Sud, 1984, p. 186)


ESPOIR

« […] l’espoir n’était pas au nombre des commandements reçus par Moïse sur le mont Sinaï, car il ne préservait de rien, ne guérissait de rien; il repoussait seulement l’entendement du mal. »

Marek Halter
(La mémoire d’Abraham,
éd. Robert Laffont, Paris, 1983, p. 237)


ESSENTIEL

« Tout ce qui compte n’est pas nécessairement comptable. Tout ce qui est comptable ne compte pas nécessairement. »

Albert Einstein
(cité par Media Experts, janvier 2010)


ÉTAT

« L’État est semblable au chiffre 1, les hommes sont les zéros qui le décuple. »

Vassili Grossman
(Tout passe…, Stock, 1972, p. 192)


ÉTERNITÉ

« Concernant l’éternité et la résurrection de la chair, je trouve qu’on peut laisser ressusciter ceux qui le souhaitent, mais que les autres peuvent en être dispensés. »

Torgny Lindgren
(La Bible de Gustave Doré, Actes Sud, 2008, p. 91)


ÊTRE

« […] nul d’entre nous n’est ce que nous imaginons, […] chacun […] normalise la terrible étrangeté de sa vie intérieure au moyen de diverses fictions commodes. »

Siri Hustvedt
(Élégie pour un Américain,
Actes Sud / Leméac, 2008, p. 299)


ÉTREINTE

« […] nous sommes restés longtemps enlacés comme si nous nous retrouvions après une séparation trop cruellement longue, elle nous entraînait dans un léger bercement, comme si l’un de nous avait besoin d’être consolé. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 168)


ÊTRE PRESSÉ

« Être pressé, c’est croire que l’on passe devant ses jambes […] »

Fernando Pessoa, alias Alberto Caeiro
(Le livre de l’intranquillité, p. 156)


ÊTRE SOI-MÊME

« On ne guérit pas de l’espoir d’être soi-même. »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 22)


ÊTRE VU

« Les gens ont besoin d’être vus. »

Siri Hustvedt
(Élégie pour un Américain,
Actes Sud / Leméac, 2008, p. 393)


ÉVÉNEMENTS

« Le temps […], on arrive à peu près à lui résister, mais contre les événements on reste sans défense. »

Torgny Lindgren
(Miel de bourdon, Actes Sud, 1995, p. 109)


EXISTENCE

« […] je sais que je suis là, quelque part, puisque je fais partie de la vie de quelqu’un. […] Je suis un tout petit morceau de la vie d’un gardien d’immeuble qui s’appelle Henri. Seulement pour cela, je lui dois la vie. »

Anne Guilbault
(Joies, XYZ, 2008, p. 65)


FANTASME OCCIDENTAL

[À Laval :] « Il fallait […] traverser des parkings vastes comme des maladies mentales pour atteindre des hypermarchés ligotés d’autoroutes. […] L’été, il y avait quelque chose d’infernal dans les autos brûlantes, comme une scintillation de névrose, mais à la fin je gagnais les lourdes portes vitrées que je poussais d’une fesse pour pénétrer dans le grand fantasme occidental climatisé. »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 123, 124)


FAUX

« C’est le faux qui est important pour l’homme, et son peu de grandeur est peut-être de consumer sa vie pour le rendre vrai. »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 126)

« Aujourd’hui, tout est du simili faux, taillé dans la copie conforme du toc véritable. »

Rober Racine
(cité par Réjean Bonenfant,
Le Sabord, no 33, hiver 1993;
article sur Le mal de Vienne)


FIDÉLITÉ À SOI-MÊME

« […] ce qu’on pense dans sa jeunesse, on l’oublie dans la force de l’âge, et on ne s’en souvient qu’une fois vieux. »

Henning Mankell
(Profondeurs, Seuil, 2008, p. 148)


FOI

« […] la foi n’est pas seulement un acte de l’intelligence, une conviction, mais un acte de la sensibilité et de la volonté, un sentiment de confiance, un désir de soumission. »

Roger Martin du Gard
(Jean Barois, NRF/Gallimard, 1921, p. 486)


FOLIE

« Il y a pire que la folie. Essaie le silence, par exemple. »

Colum McCann
(Lettres à un jeune auteur,
Belfond, 2018, p. 32)


FORMULATION

« Tout ce qui est formulé devient plus tolérable. »

Cioran
(cité par Nancy Huston, Professeurs de désespoir,
Actes Sud, 2005, p. 124)


FUMÉE

« Dans la fumée, le monde se révèle tel qu’il est en réalité. »

Torgny Lindgren
(Lumière, Actes Sud, 1990, p. 174)


GESTES

« Il y a des gestes que la parole arrête, et d’autres que rien ne peut arrêter. »

Jean-Claude Carrière
(Le Mahabharata, éd. Belfond,
coll. « Pocket » no 3938, 1989, p. 133)


GRÂCE

« Il n’y a pas de grâce plus grande que le soulagement des douleurs […]. »

Torgny Lindgren
(La Bible de Gustave Doré, Actes Sud, 2008, p. 207)


GRANDIR

« Le corps grandit en prenant de la taille. L’esprit grandit en perdant de la hauteur. »

Christian Bobin
(Le Très-Bas, Folio no 2681, p. 39)


HABITUDE

« […] l’âme se façonne aux habitudes et l’on finit par penser comme l’on vit. »

Marek Halter
(La mémoire d’Abraham,
éd. Robert Laffont, Paris, 1983, p. 58)


HAINE

« […] ta haine est d’abord contre toi-même. »

Jean-Claude Carrière
(Le Mahabharata, éd. Belfond,
coll. « Pocket »no 3938, 1989, p. 180)

« On hait chez le prochain ses propres vertiges. »

Hector Bianciotti
(Sans la miséricorde du Christ,
Gallimard, 1985, p. 26)


HASARD

« Nous sommes tous des nouveau-nés […] et nous nous attendons aux bonheurs et aux plaisirs, mais le hasard nous dévore rapidement et nous enseigne que rien ne nous appartient, qu’il possède tout, toute propriété et tous nos parents et amis, nos bras, nos jambes, nos yeux et même le nez que nous portons au milieu de la figure. »

« Empêcher le hasard de gouverner, cela revient à tout abandonner à un autre hasard. »

« Si j’avais pu me mettre à l’abri du hasard […], j’y serais encore. »

« Le hasard n’est peut-être rien d’autre que la somme de toutes les causes que nous avons oubliées. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 136, 143, 187 et 247)


HOMME

« L’homme est irrationnel, il agit le plus souvent contre son intérêt, […] il veut souffrir et il refuse d’arriver à ses fins : seule l’affirmation de son libre arbitre lui importe. »

« Cette “planète” où le bonheur exige la souffrance, cette planète où autrui ne peut être atteint que dans le partage vécu d’une souffrance, c’est la planète des hommes […] »

Georges Nivat
(Préface; Dostoïevski, Crime et châtiment, Gallimard,
Folio classique no 2661, 1973, p. XIII et XXIII)

« […] l’homme n’était pas l’œuvre de Dieu […], mais un accident de la chimie […] “nos vrais dieux” : le carbone, l’hydrogène, l’oxygène et l’azote. »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 30)


IDÉE

« Une idée qui n’est pas dangereuse ne mérite pas d’être appelée une idée. »

Oscar Wilde


IGNORANCE

« Les gens mesurent rarement leur ignorance parce qu’ils s’enferment dans une chambre d’échos d’amis qui partagent leurs opinions et de flux d’actualités à sens unique, où leurs croyances sont constamment renforcées et rarement remises en question. »

Yuval Noah Harari
(21 leçons pour le XXIe siècle, Albin Michel, 2018, p. 239)

« Je suis très ignorant : la vérité n’en existe pas moins. »

Franz Kafka
(cité par Emmanuel Carrère dans
Il est avantageux de savoir où aller, P.O.L., p. 503)


ILLUSION

« Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation. » (Guy Dubord, La société du spectacle, 1973)

« Et sans doute notre temps… préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être… Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré. » (Ludwig Feuerbach, préface à la deuxième édition de L’essence du christianisme, 1843)

Cités par Jacques Folch-Ribas
(« Spectacle, et musique », La Presse,
dimanche 24 janvier 1993, p. B6)


IMPERFECTION

« L’imperfection est la norme. »

Michel Cormier
(journaliste, RDI, Téléjournal du 19 juillet 2018)


INACHÈVEMENT

« Moi, normalement, je suis attirée par les moitié-fous, les tordus, les acharnés et tous ces êtres excessifs et magnifiques qui ne sont pas remis de leur naissance et qui portent à plaie ouverte la marque de l’inachèvement humain. »

Raphaële Billetdoux
(Lettre d’excuse, Éd. du Seuil,
coll. « Points » no R93, p. 153)


INAVOUABLE

« J’adore l’inavouable, et l’avoue volontiers. »

Ève de Castro
(Nous serons comme des dieux,
Albin Michel, 1996, p. 115)


INÉVITABLE

« Une fois qu’on a réalisé que tout est inévitable, on se sent plein d’une joie immense. L’inévitable permet une tranquillité d’esprit incroyable. »

Torgny Lindgren,
(Divorce, Actes Sud, 1998, p. 66, 67)


INSPIRATION

« Vous ne pouvez pas attendre après l’inspiration. Vous devez la poursuivre avec une massue. »

Jack London


INTELLIGENCE

« Quand l’intelligence arrive à maturité, elle se contente d’elle-même. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 141)


JEUNESSE

« Il faut que jeunesse de passe. Se passe de quoi? »

Patrick Coppens
(Pensées pensives, tome 2, Distance, 2018, p. 57)


LECTEUR

« Tous ceux qui écrivent écrivent pour les lecteurs. […] Les lecteurs font partie des illusions qui sont intimement associées au mot écrit. […] Rien n’est aussi imprévisible et moqueur que les lecteurs de celui qui écrit. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 28, 29)


LUMIÈRE

« la lumière est si transparente qu’elle laisse voir la nuit »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 76)

« On peut discuter longtemps […] de la lumière et d’où elle provient réellement. Mais la grande question est, au contraire, de savoir d’où vient l’obscurité. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 142)


MAÎTRISE DE SOI

« […] on n’est pas toujours maître de soi; c’est parfois au-dessus des forces humaines. »

Dostoïevski
(Crime et châtiment, Gallimard,
Folio classique no 2661, 1973, p. 146)


MAL

« […] le mal peut être un point de contact avec Dieu. »

Lucie Dubuc
(poète et ex-collègue)

« Il faut accepter le mal avec le bien. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 120)


MALADIES

« […] l’homme […] doit errer comme les maladies s’il souhaite les comprendre. »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 182)


MANQUE

« Il y a toujours quelque chose d’absent qui me tourmente. »

Paul Claudel


MENSONGE

« […] qu’on cesse de prendre nos cerveaux pour des sites d’enfouissement […]. »

Steve Proulx
(« L’esprit sain », Voir, Montréal, 17 juin 2010, p. 9)


MISÈRE

« […] les vieux préfèrent jeter des croûtes aux moineaux, parce que tous les vieux ont un jour manqué de pain et ils reconnaissent leur misère dans celle des moineaux. »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 98)


MONDE

« Le monde est pour chacun comme une expérience qui lui serait personnellement destinée. »

Guy Perreault
(ami, octobre 2002)

« Le monde est une question que Dieu se pose. »

Miriam
(citée par Nancy Huston, Professeurs de désespoir,
Actes Sud, 2005, p. 303)

« [Si le monde autour de nous] ne nous laisse pas sans voix, stupéfiés, c’est peut-être que nous ne le regardons pas d’assez près. »

Ben Marcus
(cité par Colum McCann, Lettres à un jeune auteur,
Belfond, 2018, p. 157)

« Le monde est trop grand pour ma tête. »

Anne Guilbault
(Joies, XYZ, 2008, p. 52)


MOQUER

« […] quand on se moque de quelqu’un, c’est comme si on le tuait. »

Marek Halter
(La mémoire d’Abraham,
éd. Robert Laffont, Paris, 1983, p. 175)


MORT

« […] la mort de quelqu’un rapproche temporairement ceux qui restent. »

Javier Marías
(Demain dans la bataille pense à moi,
Rivages, 1994, p. 160)

« Si la mort n’existait pas, la vie ne serait pas nécessaire. »

Torgny Lindgren
(Bethsabée, Actes Sud, 1984, p. 118)

« De son corps s’était évadé celui qui me chantait le soir une berceuse. »

Siri Hustvedt
(Élégie pour un Américain,
Actes Sud / Leméac, 2008, p. 393)


MOTS NOUVEAUX

« […] les vrais hommes […] jouissent du don de faire résonner dans leur milieu des mots nouveaux. »

Dostoïevski
(Crime et châtiment, Gallimard,
Folio classique no 2661, 1973, p. 277)


MORT

« Ce serait beaucoup plus facile d’être mort si on pouvait respirer. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 48)


MOURIR

« Il mourut comme nous mourons tous : en parfait amateur. »

Philip Roth
(Exit le fantôme, Gallimard,
2009, p. 297)

« Tu t’acharnes tellement à ne pas vouloir mourir que tu fais de chaque instant un moment de deuil. »

Guy Perreault
(ami, le 1er février 2002)


MUSIQUE

« Personne ne ressent la musique comme ceux qui ont connu la prison, comme ceux qui vont à la mort. »

Vassili Grossman
(Vie et destin, L’âge d’homme, 1980,
Le livre de poche no 30321, p. 729)


NÉCESSITÉ

« la nécessité improvise le hasard qu’il faut »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 87)


NON-CONFORMITÉ

« Je me suis forcé à me contredire pour éviter de me conformer à mon propre goût. »

Marcel Duchamp


NUDITÉ

« […] à proximité de la nudité des êtres de gros pleurs sont toujours en attente […]. »

Göran Tunström
(Le buveur de lune, Actes Sud, 1997, p. 159)


ŒUVRE

« […] l’œuvre finie ne révèle pas seulement celui qui l’a réalisée mais aussi celui qui l’accueille. »

Torgny Lindgren
(La Bible de Gustave Doré, Actes Sud, 2008, p. 169)


OUBLI

« La seule constante de ce récit, c’est l’oubli. En réalité, j’en sais beaucoup plus que ce que j’écris ici. Mais j’oublie de l’écrire. Et plus j’écris, plus j’en oublie. […] J’aurais voulu oublier aussi les vingt pages qui suivent. La fin pourrait se produire n’importe quand. Paula m’a dit un jour que tout ce qu’on oublie se retrouve entre les lignes. Je n’en sais rien. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 208, 209)


PARABOLE

« [Le Seigneur] est un dieu de paraboles, tout ce qu’il crée est parabole, l’homme est une parabole, la mer est une parabole, les oiseaux et les poissons sont des paraboles, les sauterelles sont des paraboles, le vin est une parabole, le pain est une parabole, le royaume des morts est une parabole, ton amour pour Bethsabée est une parabole! »

Torgny Lindgren
(Bethsabée, Actes Sud, 1984, p. 91)


PASSION

« Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion. »

Saint Augustin


PAROLE

« Don’t talk unless you can improve the silence. »

Jorge Luis Borges


PÉCHÉ

« Condamne le péché et pardonne au pécheur. »

Vassili Grossman
(Vie et destin, L’âge d’homme, 1980,
Le livre de poche no 30321, p. 46)


PEINTRE DU DIMANCHE

« Je suis un peintre du dimanche pour qui tous les jours sont des dimanches. »

Jean Dubuffet


PENSÉE

« Ma pensée, ce n’est que très lentement qu’elle traverse le fleuve à la nage. »

Fernando Pessoa, alias Alberto Caeiro
(Le livre de l’intranquillité,
« Poèmes désassemblés », p. 151)


PENSER

« Toute activité mentale est issue d’une méfiance maladive […]. Si nous avions eu foi en le monde, nous n’aurions pas eu besoin de penser. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 198)


PERCEPTION

« […] la perception est en soi une forme d’hallucination. »

Siri Hustvedt
(Élégie pour un Américain,
Actes Sud / Leméac, 2008, p. 297)

« […] tout ce que nous nous représentons n’est que phénomènes de l’esprit et rien d’autre.
— Oui, dit-il, mais nous pouvons pourtant être vrais en nous-mêmes.
— Nous pouvons toujours essayer, dit-elle. »

Torgny Lindgren
(L’arbre du prince, Actes Sud, 2001, p. 131)


PERFECTION

« Ne craignez pas la perfection, vous ne l’atteindrez jamais. »

Salvador Dali


PLEURER

« Il pleura avec tant de violence et d’abandon qu’il ne savait plus ni entendre ni parler. »

Torgny Lindgren
(Bethsabée, Actes Sud, 1984, p. 192)


POÈTE

« Le poète est un four à brûler le réel. »

Pierre Reverdy


POUVOIR

« […] le pouvoir n’est donné qu’à celui qui ose se baisser pour le prendre. »

Dostoïevski
(Crime et châtiment, Gallimard,
Folio classique no 2661, 1973, p. 441)

« Quand vous avez un marteau en main, tout ressemble à un clou […] »

Yuval Noah Harari
(21 leçons pour le XXIe siècle, Albin Michel, 2018, p. 241)


PRESSENTIMENT

« Tout le monde a le pressentiment que quelque chose va arriver […]. C’est de naissance. »

Torgny Lindgren
(La beauté de Mérab, Actes Sud, 1987, p. 82)


PROVERBE INVENTÉ

« Qui crève les nuages mouillera sa chemise. »

Patrick Coppens
(Pensées pensives, tome 2, Distance, 2018, p. 103)


RACISME

« Le racisme, c’est comme du vandalisme perpétré sur des humains. »

Robert Morin
(réalisateur du film Le Nèg’,
cité par Luc Perreault, « La grande noirceur »,
La Presse, 19 octobre 2002, p. C1)


RÉMANENCE

« Parfois, on a l’impression d’avoir déjà entendu quelque chose et c’est simplement qu’on vient de l’entendre […]. »

Javier Marías
(Demain dans la bataille pense à moi,
Rivages, 1994, p. 113)


ROMAN

« Chaque romancier […] écrit ses livres […] comme une grande hypothèse, comme une grande question à la face du monde. […] La sagesse du roman est exactement dans son ignorance. »

« Le roman, c’est le paradis imaginaire des individus. C’est le territoire où personne n’est possesseur de la vérité […], mais où tous ont le droit d’être compris. »

Milan Kundera
(L’art du roman,
cité par Nancy Huston, Professeurs de désespoir,
Actes Sud, 2005, p. 226, 227)


SAISONS

« Il y a sept saisons. Un printemps, un été, un automne et quatre hivers. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 33)


SANTÉ

« La santé est le silence des organes. »

Alexis Jenni
(L’art français de la guerre,
Gallimard, 2011, p. 46)


SCHULD

« En allemand, le mot Schlud signifie à la fois dette, faute et culpabilité. »

Mathieu Perreault
(La Presse+ du 21 juillet 2018,
« Quand dette rime avec faute »)


SECRET

« Si tu veux garder un secret, dis-le à personne. »

Jean-Fernand Robert
(mon père)

« — Mais que fais-tu à la fin?
— Je garde un secret. Et je crée d’autres secrets. Je garde la porte.
— Quelle porte?
— La porte invisible entre ce que certains savent et ce que d’autres ne doivent pas connaître. »

Henning Mankell
(Profondeurs, Seuil, 2008, p. 225)


SE FAIRE AIMER

« J’aime à me faire aimer [dit le diable]. C’est une faiblesse que je partage avec Dieu. »

Ève de Castro
(Nous serons comme des dieux,
Albin Michel, 1996, p. 205)


SENS DE LA VIE

« Qui est vraiment amoureux de quelqu’un ne se soucie pas du sens de la vie. »

Yuval Noah Harari
(21 leçons pour le XXIe siècle, Albin Michel, 2018, p. 300)


SENTIMENT

« L’homme emporte avec lui le sentiment de sa vie […]. »

Vassili Grossman
(Vie et destin, L’âge d’homme, 1980,
Le livre de poche no 30321, p. 734)


SE TROMPER

« […] on peut être sincère et se tromper, ou en tout cas se persuader qu’on s’est trompé aussi sincèrement qu’on s’est persuadé du contraire. »

Emmanuel Carrère
(Il est avantageux d’avoir où aller,
P.O.L., 2016, p. 194)


SILENCE

« À peine arrivé chez toi
le silence te reconnaît et te fait fête. »

Carle Coppens
(Poèmes contre la montre,
Noroît-Obsidiane, 1996, p. 62)


SOI-MÊME

« La plus grande distance à laquelle je dois me mesurer, c’est celle qui me sépare de moi-même. »

Henning Mankell
(Profondeurs, Seuil, 2008, p. 300)


SOUMISSION

La soumission, « c’est un anesthésiant qui endort la douleur à mesure qu’il la cause ».

Roger Martin du Gard
(Jean Barois, NRF/Gallimard, 1921, p. 409)


STUPÉFACTION

« […] aucune flamme de stupéfaction ne reçoit assez d’oxygène pour brûler longtemps. »

Göran Tunström
(Le buveur de lune, Actes Sud, 1997, p. 216)


TEMPS

« Le temps le plus précieux que nous ayons est le temps que l’on peut se permettre de perdre. »

Guy Perreault
(ami)


TUER

« Tuer pour la paix, c’est comme baiser par chasteté. »

Slogan imprimé sur un T-shirt
à l’époque de la guerre du Vietnam
(cité par Stephen King, Écritures,
Albin Michel, 2001, p. 78)


VÉRITÉ

« […] à un certain niveau de pensée, lorsqu’on est décidé à prendre au sérieux la vérité et à suivre sa conscience, il est bien difficile d’être de son parti, sans être aussi un peu de l’autre […]. »

« La vérité, oui… La vérité quand même! C’est le grand mobile des consciences, tant qu’elles sont jeunes. Plus tard, on perd cette assurance : on admet la possibilité d’erreurs provisoires, individuelles; on préfère l’indulgence à la stricte justice… »

« La plupart d’entre nous ont bien davantage besoin de paix intérieure que de vérité […] »

Roger Martin du Gard
(Jean Barois, NRF/Gallimard, 1921,
respectivement p. 478, 434 et 490)

« La vérité n’est pas dans la connaissance qu’on en prend mais dans la jouissance qu’elle nous donne. »

Christian Bobin
(Le Très-Bas, Folio no 2681, p. 57)

« La vérité est terriblement autoritaire […]. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 143)


VERTU

« Quand on n’a pas l’intelligence de son vice, il vaut mieux faire commerce de vertu. »

« La vertu n’est point miracle à qui n’est point tenté. »

Ève de Castro
(Nous serons comme des dieux,
Albin Michel, 1996, p. 104 et 149)


VIE

« Life is what happens to you while you’re busy making other plans. »

John Lennon
(Voir, 25-31 août 2011, p. 6)

« L’existence tout entière est un combat; la vie, c’est de la victoire qui dure. »

Roger Martin du Gard
(Jean Barois, NRF/Gallimard, 1921, p. 23)

« La vie se ramène pour nous à ce que nous sommes capables d’en concevoir. »

Fernando Pessoa alias Bernardo Soares
(Le livre de l’intranquillité,
« Je ne suis personne », p. 60)

« La plupart du temps, la vie est occupée à se rétablir elle-même.

Torgny Lindgren
(Lumière, Actes Sud, 1990, p. 246)

« Nous voudrions que la vie fût comme l’ombre projetée par un mur ou un arbre, mais elle est comme l’ombre d’un oiseau en plein vol. »

Marek Halter
(La mémoire d’Abraham,
éd. Robert Laffont, Paris, 1983, p. 593)

« C’est mon souhait, dit-il, qu’avec le temps vous puissiez affronter la vie en tant qu’immunisé. »

Torgny Lindgren
(Fausses nouvelles, Actes Sud, 2002, p. 88)


VIE MONASTIQUE

« Ce n’est pas Dieu que tu sers en ce cloître, mais une idée de toi-même. »

Ève de Castro
(Nous serons comme des dieux,
Albin Michel, 1996, p. 236)


VIOLENCE

« L’univers tout entier est emporté vers la violence. Aucun être vivant ne peut dire : cette guerre n’est pas la mienne. »

Jean-Claude Carrière
(Le Mahabharata, éd. Belfond,
coll. « Pocket »no 3938, 1989, p. 180)

« La violence la plus extrême est un acte réflexe devant les miroirs légèrement inexacts. »

Alexis Jenni
(L’art français de la guerre,
Gallimard, 2011, p. 587)


VIVRE

« Vis parmi les hommes si tu en as l’estomac […]. »

Sylvain Trudel
(La mer de la tranquillité, Les Allusifs, 2006, p. 185)


VOIR

« on ne voit bien que ce que l’on reconnaît »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 42)


ZÉRO

« zéro est le seul chiffre qui n’a pas de doigts »

José Acquelin
(L’oiseau respirable, Les Herbes Rouges/Poésie,
Montréal, 1995, p. 14)


Plus de citations : suivez-moi sur Twitter
(320 autres citations au 6 juillet 2019).


 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s